Pourquoi des gens deviennent-ils islamistes ?

Relativement aux terribles événements qui nous touchent, l’erreur à ne pas commettre est la suivante : « croire » (car on est bien dans le domaine du croire sans fondements rationnels) que les terroristes le deviennent à cause de : 1. La pauvreté. 2. L’ignorance. Ces deux facteurs ne contribuent en fait que très peu à la radicalisation de ces personnes.

141-12

De nombreux arguments pourraient être avancés pour démonter ces véritables « dogmes » modernes.

En voici un concernant la pauvreté : étant donné l’écrasante pauvreté que l’on constate de nos jours, l’on devrait voir plus de terroristes, or, heureusement, l’équation « pauvreté mêlée de frustration envers la société mène au terrorisme » ne se vérifie pas par les faits. En fait, la plupart des terroristes proviennent des classes moyennes de la population et vivaient une vie tout à fait satisfaisante sur le plan matériel. Que l’on pense au rappeur tunisien Emino qui s’est djihadisé : il était riche, il vivait la vie matérialiste « parfaite », explorant tous les excès, la société occidentale moderne lui avait souri. Il s’est pourtant djihadisé et combat présentement avec Daesh. C’est très loin d’être un cas isolé.

reNGNe0Emino

En outre, concernant l’argument de l’ignorance, il n’est même pas rare d’y trouver des personnes ayant suivi un cursus universitaire. D’ailleurs, l’argument de l’ignorance repose au fond sur la croyance erronée selon laquelle la connaissance instille la morale en l’homme et l’intelligence prévient l’acte moralement déviant. Il n’y a rien de plus fallacieux, faux que cela ! L’Histoire dément tellement cette affirmation que ça paraît absurde d’avoir à le réaffirmer : Lénine, Mussolini, Hitler (et les « grands » philosophes allemands et même théologiens libéraux qui l’ont soutenu) étaient des gens cultivés, fruits d’un vingtième siècle héritier des « lumières ». Ils ont pourtant construit des systèmes de pensée complexe qui menaient à la haine la plus abjecte : l’on pourrait les qualifier d’extrémistes. Beaucoup d’éduqués intellectuels les ont pleinement soutenu. Que l’éducation instille la morale en l’homme est encore mieux démenti par la nature même de l’homme : tout père sait qu’il aura beau dire et expliquer cent fois que « se venger de son petit frère est mal », rien n’y fera, l’enfant continuera. La connaissance et l’intelligence sont en général incapables d’aider qui que ce soit sur le plan de la morale.

Cela étant, pourquoi donc se sont-ils radicalisés dès lors que l’ignorance et la pauvreté sont des fausses pistes ?

Voici, il me semble, les réelles causes se profilant derrière l’islamiste ou l’extrémiste de manière générale, de l’homme d’extrême gauche ou d’extrême droite, de l’athée ou du croyant : 1. Un désir de sens et d’ordre. 2. Un désir de changement. L’islamisme répond aux deux points.

hivers-islamique

1. En effet, dans une société où la question du sens a été évacuée, il est inévitable qu’elle crée un désir presque fanatique pour celle-ci. Dès lors, lorsqu’un jeune croit recevoir/découvrir/détenir la Vérité, est-ce étonnant qu’il veuille mourir pour elle ? Au fond et malheureusement : pas tant que ça. Pour ce qui est de l’ordre, il serait superflu de souligner combien l’ordre et la justice manquent cruellement de nos jours et créent nombre de désirs violents en l’homme, et ce même chez les plus pacifiques. Les islamistes mettent souvent en avant le côté « corrompu » de nos sociétés occidentales et de notre « démocratie », ce à quoi l’on répond en général en disant que c’est bien le moindre mal. Cette réponse est insuffisante pour un homme en quête de sens et d’ordre. Les désirs de sens et d’ordre ont, encore une fois, historiquement été au centre des mouvements sociétaux.

2. Enfin, dans une société sans sens ni ordre satisfaisant, l’on fait face à un désir de changement présent dans toutes les strates de la population. Il suffit de voir ce que les jeunes générations lisent et regardent comme produits culturels pour voir combien ce désir de changement est en quelque sorte « violent ». Hunger Games représenterait bien cette tendance, cette volonté violente de changement. Sur le plan sociétal, les Femen seraient un exemple probant de ce désir violent et irrespectueux de changement à tout prix. Ce fut d’ailleurs toujours ce désir de changement qui mena les peuples historiquement parlant. C’est ce qu’offrait Hitler bien avant son accession au pouvoir et c’est ce qu’offre le Front National encore aujourd’hui. En outre, ce désir de changement peut se muer en ou est mû par le « ressentiment » (et l’on aurait, se profilant, toute la dette de l’occident colonisateur envers les populations arabes ; point également important pour comprendre la radicalisation) ou en « progrès » dans les sociétés occidentales (il s’agit dès lors de renommer le « changement » « progrès », ce que font les politiques pour faire passer tout et son contraire ; la foi en le « progrès », bien que débile au vu de la consommation du monde et des inégalités toujours plus frappantes, est pourtant centrale dans la croyance populaire moderne).

In fine, ne nous voilons pas la face, cherchons les vraies causes de la radicalisation de ces gens et surtout n’avançons plus ces arguments ridicules que sont la pauvreté et l’ignorance, car ce faisant non seulement nous ne faisons pas honneur aux victimes, mais jouant à la politique de l’autruche, nous nous trompons nous-mêmes et laissons les djihadistes gagner du terrain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s