Test : Êtes-vous « arminien » sans même le savoir ?

Avant de vous lancer dans votre lecture, je vous invite à lire cet appel à l’amour, à l’unité et au respect des options théologiques des uns et des autres : Calvin/Arminius a-t-il été crucifié pour vous ?

bigstock-Test-word-on-white-keyboard-27134336

Au fil des siècles, certains calvinistes ont diffamé avec tant de succès l’arminianisme, position théologique tentant de faire sens des divers énoncés bibliques au même titre que le calvinisme, que les chrétiens qui relèvent de la théologie arminienne ont presque peur de se déclarer comme tels. Cela est vrai, et ce même si l’arminianisme nous semble être dans les faits la position théologique par défaut de la majorité de la chrétienté protestante aujourd’hui ; du reste, la plupart des chrétiens sont arminiens sans même le savoir, et quand ils sont confrontés à la question, ils nient parfois l’être sans réellement connaître les positions arminiennes. En fait, l’arminianisme est si répandu que même les églises calvinistes qui sont plus calvinistes que le cher Jean Calvin lui-même sont remplies d’arminiens. Il est alors hautement ironique que les chrétiens redoutent de dire qu’ils sont arminiens lors que c’est là la position qui nous semble le mieux refléter la richesse des témoignages bibliques et la foi des premières communautés chrétiennes.

Nous en venons maintenant au but de cet article. Vous y trouverez un questionnaire complet et rapide ne nécessitant guère trop de votre temps et qui pourra vous aidez à réaliser si vous vous rapprochez plutôt d’une théologie arminienne ou, le cas échéant, calviniste. Un choix a été fait permettant de se concentrer sur des questions ayant attrait aux principales problématiques entre arminiens et calvinistes.

1. Croyez-vous que Jésus est mort pour tout être humain ?
Si vous avez répondu « oui » à cette question, alors vous êtes au moins d’accord avec l’un des principes centraux de l’arminianisme, et votre théologie/foi serait jugée comme défaillante dans les cercles calvinistes.
• C’est peut-être là la plus flagrante des problématiques divisant calvinisme et arminianisme.
• La plupart des calvinistes croient que Jésus est seulement mort pour certaines personnes, et ce même si des débats font rage pour savoir si Calvin lui-même tenait cette position ou pas, ce qui semble loin d’être certain.
Par contre, si vous croyez que Jésus est mort seulement pour un nombre limité de personnes choisies de toute éternité selon un sage plan de Dieu sans considération des desdites personnes et de leurs dispositions et réactions futures à la grâce, alors vous êtes vraiment un calviniste et non un arminien.

2. Croyez-vous que les êtres humains sont tant corrompus qu’ils ne peuvent rien faire pour gagner le salut et qu’ils ne peuvent pas choisir de croire en Jésus sans l’intervention première de la grâce de Dieu?
Si vous avez répondu « oui », alors vous êtes d’accord avec Arminius et l’arminianisme.
• Les calvinistes affirment la même doctrine, mais prétendent souvent que ce n’est pas le cas des arminiens, et ce en dépit de la presque unanimité chez les théologiens arminiens de l’adhésion à cette doctrine.

3. Croyez-vous qu’une personne peut résister au pouvoir de conviction de la grâce de Dieu ? Autrement dit, est-ce qu’une personne peut « résister » au Saint-Esprit ? Est-ce que Dieu, dans sa souveraineté, permet cela ?
Si vous avez répondu « oui », alors, encore une fois, vous affirmez un autre principe central de l’Arminianisme, tel qu’il se reflète dans les mots de Jésus : « Jérusalem, Jérusalem, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, […] mais vous ne l’avez pas voulu ! » (Mt 23, 37).
• Les calvinistes affirment que Dieu a déterminé les individus qui croiront in fine ; pour rendre leur foi possible, il les appelle au salut d’une telle façon que leur propre volonté est totalement dominée lors du processus. Et cela, afin qu’ils ne puissent absolument pas résister à l’appel au salut.
• Les arminiens croient que Dieu veut sincèrement que tous croient ; mais, quand Dieu permet à une personne de croire, il le fait d’une telle façon que l’individu peut tout de même résister au pouvoir de conviction du Saint-Esprit. La foi n’est pas le produit nécessaire de la grâce de Dieu permettant à une personne de croire.

4. Croyez-vous que vous êtes nés de nouveau lors que vous placez votre foi en Jésus-Christ ?
Si vous avez répondu « oui », alors vous tenez à un principe fondamental de l’arminianisme et vous n’êtes probablement pas un calviniste.
• Les calvinistes croient que Dieu doit de prime abord donner à une personne une vie nouvelle afin de permettre la foi ; avant d’avoir premièrement été mis au bénéfice de cette vie nouvelle, ils pensent qu’une personne ne peut pas croire.
• Les arminiens défendent que la personne ne reçoit pas le don de la vie nouvelle avant qu’elles ne croient.
• En outre, les arminiens soutiennent que lorsqu’une personne croit, elle est unie à Christ et qu’alors seulement elle peut prendre part à la vie nouvelle et peut être considéré comme « né de nouveau » ; une personne ne partage pas la vie nouvelle avant d’avoir été en premier lieu unie à Christ par la foi, en effet : « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. » (Jean 3, 16).

5. Croyez-vous à la doctrine de l’ « élection » ?
Si vous avez répondu « oui », alors vous pourriez être un arminien.
• Les calvinistes croient en une élection indépendante de la foi des personnes élues.
• Les arminiens eux croient que l’élection est « en Christ », tout qui est « en Christ » est élu, mais que la foi est essentielle pour devenir uni à Christ. Dès lors, l’élection est conditionnée par la foi.

6. Croyez-vous à la doctrine de la « prédestination » ?
Si vous avez répondu « oui », alors vous pourriez être un arminien.
• En effet, les arminiens croient que les croyants sont prédestinés au salut final, mais non que les êtres humains sont prédestinés à croire. Nuance fondamentale établissant une différence entre la prédestination arminienne et la double-prédestination calviniste, toutes deux désirant rendre compte des témoignages bibliques.

7. Croyez-vous à la doctrine de la « sécurité éternelle » ?
• La question est de savoir si les personnes qui croient vraiment en Jésus pour le salut de leur âme peuvent potentiellement faire naufrage en ce qui concerne la foi et donc perdre leur salut, ou si, à l’inverse, une fois qu’elles ont authentiquement mis leur foi en Christ, leur salut final est inconditionnellement garanti.
Si vous avez répondu « oui » et croyez en la sécurité éternelle, vous pourriez être un arminien.
• Il existe des débats relativement au fait de savoir si Arminius lui-même a jamais enseigné que les croyants sont en mesure de faire naufrage au niveau de la foi et ainsi perdre leur salut.
• Les Remonstrants – les premiers arminiens, hommes qui se rangèrent aux côtés d’Arminius dans les débats théologiques de la Hollande du 17e s. – n’ont à l’origine pas pris position sur cette question. Il est à noter cependant qu’ils aboutiront ultérieurement  à la conclusion que les croyants peuvent faire naufrage et périr.
Si vous avez répondu « non » et ne croyez pas à la « sécurité éternelle », alors vous affirmez ce que beaucoup d’arminiens défendent farouchement, et votre option théologique ne serait certainement pas la bienvenue dans un cercle calviniste.
• La confession de foi officielle de la « Society of Evangelical Arminians » (ndla : c’est de cette société que provient le présent article. Elle regroupe un ensemble de théologiens évangéliques arminiens) affirme seulement que « persévérer dans la foi est nécessaire en vue du salut final », sans commenter plus avant sur la possibilité de faire naufrage en ce qui concerne la foi.
• Tous les calvinistes croient en la « sécurité éternelle inconditionnelle » (certains sans condition et d’autres parce qu’ils pensent que la foi et sa continuité est due à l’élection inconditionnelle).
• Notons enfin que la doctrine de la « sécurité éternelle » ne devrait pas être un facteur déterminant si l’on est ou pas un arminien ou un calviniste.

8. Croyez-vous à la doctrine de la « substitution pénale » eu égard à l’expiation ?
Si vous avez répondu « oui » ou si vous avez répondu « non », dans les deux cas, vous pourriez être un arminien.
• L’interprétation de la substitution pénale de l’expiation affirme que la mort de Jésus impliquait un paiement pour le péché. Elle suppose que la justice de Dieu requiert que le péché soit puni et que la juste colère de Dieu soit détournée de pécheurs qui la méritaient et versée plutôt sur Jésus comme leur substitut.
• Cette vision est tenue par la plupart des calvinistes et par une très grande majorité d’arminiens (et tout particulièrement par ceux qui se réclament de la nomenclature « arminianisme réformé »),  même si certains arminiens rejettent la notion que Dieu ait puni son Fils Jésus.
• Cependant, Arminius affirmait pleinement l’interprétation de la substitution pénale de l’expiation.

9. Croyez-vous que Dieu connaît exhaustivement le futur ?
Si vous avez répondu « oui », vous pourriez être un arminien.
• Les calvinistes et la plupart des arminiens croient que Dieu connaît exhaustivement le futur.
• Une majorité d’arminiens pensent à juste raison que le refus de cette doctrine équivaut à un rejet du théisme chrétien classique, et que ceux qui nient cette doctrine ne peuvent être qualifiés d’arminiens.
• La « Society of Evangelical Arminians » affirme cette doctrine et l’on ne peut y appartenir qu’à condition d’être en accord avec elle.

10. Croyez-vous à la pleine souveraineté de Dieu ?
Si vous avez répondu « oui », vous pourriez être un arminien.
• Tous les calvinistes et les arminiens affirment la souveraineté de Dieu, mais ils diffèrent sur la nature de la liberté donnée aux êtres humains.
• Quelques calvinistes définissent la souveraineté comme reposant sur la prédétermination de toutes choses et de tout événement par Dieu, de sorte que le choix humain n’est simplement qu’une illusion.
• Quelques calvinistes ne nient pas explicitement la liberté humaine, mais tentent de la redéfinir afin qu’elle s’accorde avec leur interprétation de la souveraineté divine.
• Cependant, il est à noter que les calvinistes pourraient répondre en jugeant que l’arminien redéfinit quant à lui la souveraineté divine afin qu’elle s’accorde avec son interprétation de la liberté humaine.
• Les arminiens affirment le simple libre arbitre : les êtres humains posent de véritables choix, affirmant ainsi de façon indéniable premièrement la culpabilité humaine dans le péché et deuxièmement la bonté et la sincérité de Dieu.
• L’interprétation arminienne de la souveraineté divine est que Dieu a le pouvoir et l’autorité de faire ce qu’il veut, et rien ne peut arriver sans qu’il ne le fasse ou ne le permette.
• En fait, les arminiens croient que Dieu est assez souverain que pour doter ses créatures de libre arbitre !
• L’interprétation arminienne de la souveraineté divine et de la liberté humaine est motivée par sa compréhension du caractère de Dieu comme étant saint de telle sorte qu’il est rendu pleinement évident que 1) Dieu n’est pas l’auteur du mal ; et 2) les êtres humains sont coupables de leurs péchés.

En somme, vous pouvez être arminien et croire aux points suivants
• La doctrine de l’expiation illimitée (Jésus est mort pour tous).
• La doctrine de la corruption totale (l’être humain est incapable de croire en Jésus sans l’intervention de la grâce de Dieu).
• La doctrine de la grâce résistible (Dieu dispense la grâce d’une telle manière que l’être humain a la possibilité de résister au pouvoir de conviction de la grâce).
• La doctrine de l’élection (tous ceux qui sont « en Christ » sont élus).
• La doctrine de la prédestination (les croyants sont prédestinés et non un nombre de personnes choisies arbitrairement).
• La doctrine de la sécurité éternelle ou le point de vue alternatif selon lequel de vrais croyants peuvent se détourner de la foi et périr comme des incroyants (Hébreux 6).
• La doctrine de la satisfaction pénale de l’expiation (Dieu punit Jésus à notre place pour les péchés du monde, il a porté nos iniquités).
• La doctrine de l’omniscience (incluant le fait que Dieu connaît à l’avance et parfaitement le futur).
• La doctrine de la souveraineté de Dieu (Dieu peut faire ce qu’il désire, y compris doter les êtres humains d’un certain libre arbitre qui ne menace aucunement sa souveraineté).

Comme nous l’avons précédemment dit, la position par défaut de la chrétienté protestante est l’arminianisme. Et comme l’on peut, du moins nous l’espérons, le constater dans cette brève présentation, cela est tout à fait normal et défendable que d’être arminien en tant que chrétien, Bible en main.

Relativement à la théologie arminienne, l’on consultera avec le plus grand intérêt l’ouvrage suivant de Roger Olson « Arminian Theology: Myths and Realities », qui déploie une théologie arminienne dite classique et déconstruit dix mythes à propos de l’arminianisme.

Traduit, réécrit et légèrement augmenté de : http://evangelicalarminians.org/survey-are-you-an-arminian-and-dont-even-know-it-2/

J’espère de tout coeur que cet article sera en mesure de guider les chrétiens se questionnant par rapport à leur position dans ce débat parfois hermétique, mais auquel aucun lecteur sérieux de la Bible, aucun chrétien n’a jamais pu échapper.  

Pour plus d’informations sur l’arminianisme, vous pouvez consulter les autres articles que publiés à ce sujet sur ce blog : 

La parabole du puits ou « comment un Dieu d’amour sauve-t-il ? » – Le calvinisme pesé et trouvé léger – parabole mettant en scène Dieu dans le salut de l’être humain selon les compréhensions calvinistes et arminiennes. Une façon rapide de se faire une idée sur le caractère de Dieu tel que compris par le calvinisme et l’arminianisme.

Quelques mots d’Arminius, théologien oublié, sur le Calvinisme – J’y présente un extrait inédit de la théologie d’Arminius traduit par mes soins. L’article contient également de nombreuses références et liens utiles vers des ressources arminiennes. En outre, j’y dresse une rapide liste de versets et de dires des Pères de l’Église allant à l’encontre de la compréhension calviniste de la Bible.

Augustin Gretillat, théologien suisse oublié, sur la prédestination – Dans cet article, je mets à l’honneur un théologien suisse francophone oublié répondant au nom d’Augustin Grétillat (19e siècle) et qui avait une théologie arminienne. J’y propose un extrait, tiré de sa théologie systématique, dans lequel il critique la doctrine calviniste de la prédestination.